Sélectionner une page

2022 – Remise du Brevet de Société Royale – 27.04

En 2019, un dossier motivé de 424 pages, relatant la création et les débuts du Festival jusqu’en 2020, année de la 60e édition a été envoyé au Palais Royal, afin de solliciter le titre de « Royal ».
Le 14 janvier 2020, nous recevions une réponse favorable de la Maison de Sa Majesté le Roi Philippe, nous accordant le brevet.
Quel honneur et belle reconnaissance pour notre mini équipe.
La Covid s’étant manifestée, nous n’avons pu recevoir cette distinction, celle-ci fut reportée en 2020 et 2021, tout comme notre 60e Festival qui n’a pu se tenir.
C’est, ce 27 avril 2022, au Palais provincial, que Monsieur le Gouverneur Denis Mathen, en présence du collège provincial a remis avec plaisir et honneur, le brevet de « société royale », au nom de Sa Majesté le Roi, aux responsables de l’asbl Festival Mondial de Folklore de Jambes-Namur, ceux-ci étaient accompagnés des membres, bénévoles et anciens présidents.
En effet, les responsables actuels avaient tenus à ce qu’ils soient conviés, car à un moment donné de l’existence du Festival, chacun a apporté sa pierre à l’édifice afin que celui-ci perdure en terre namuroise.
Après l’allocution de Monsieur le Gouverneur, la co-présidente a pris la parole afin de remercier chaleureusement les bénévoles et en leur dédiant ce titre, car un festival de cet ampleur ne pourrait se tenir sans l’aide de tout un chacun.
Parmi les plus importants de Wallonie, ce festival va célébrer dignement sa 60e édition, en août prochain. Un anniversaire « haut en couleurs » placé « Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi ». Quelle fierté !
Il est devenu au fil du temps une référence incontournable, faisant de Namur, quelques jours par an durant l’été, la Capitale Mondiale du Folklore, et donc, de l’amitié et du partage entre cultures.
 (Photos : A.Dubuisson, V.Cochain, C.Delwiche, JC Questiaux, S.Roemen). 

Allocution de Denis Mathen, Gouverneur de la Province de Namur

Monsieur le Député-Président,

Monsieur le Député,

Chères amies, Chers amis du Festival mondial du folklore,

Un proverbe arabe nous enseigne que « L’attente est pareille à des ailes. Plus les ailes sont fortes, plus le vol est long ».
Chères amies, chers amis du festival mondial du folklore de Jambes, à l’aune de votre attente pour recevoir ce titre, je gage que tous les vols qui vous attendent seront d’une infinie longueur.
D’autant plus qu’en ce qui vous concerne, cette attente fut double.
Vous venez en effet de fêter dignement ce  dernier week-end votre prochaine  …. 60ème … édition … au moins 10 ans (et même 14 si on compte en années) de plus donc que la durée de vie nécessaire pour pouvoir prétendre au titre que je vais vous remettre officiellement tout à l’heure.
Titre et diplôme qui le matérialisent que j’aurais dû en outre vous remettre il y a maintenant plus de deux ans … ce samedi, vous m’avez donc pris de vitesse en me remettant votre diplôme de membre d’honneur.

Le covid et toutes les vicissitudes qu’il a engendrées est en effet passé par là. Il a étouffé dans l’œuf maintes occasions de danser et de chanter comme il a bridé trop longuement nos possibilités de nous réunir, pour nous congratuler, pour faire la fête ou tout simplement pour nous remonter le moral.
Ce titre vous a en effet été accordé par le Roi le 14 janvier 2020.
Je devais vous le remettre officiellement en mars de la même année. 
Encore une fois la covid19 est passée par là. Je tente modestement aujourd’hui de réparer ces erreurs de route. Une maigre consolation … vous êtes les premiers récipiendaires de cette nouvelle belle fournée de remises … vous ré-ouvrez la saison en quelque sorte comme on dirait dans Les chroniques des Bridgerton
Mais  à la différence des titres des protagonistes de la célèbre série de la chaîne au N multicolore, recevoir un titre de société royale ne confère aucun privilège.
C’est le fruit au contraire d’une procédure codifiée et un peu longue qui permet de s’assurer du sérieux, de la fiabilité et de la respectabilité de l’association que sa Majesté le Roi souhaite ainsi honorer.
Mais une fois cette procédure suivie et accomplie, elle ouvre la porte à la possibilité de pouvoir saluer comme il se doit la pérennité et la constance de l’association à qui se voit décerner cet honneur ; la possibilité de mettre en avant les bénévoles qui travaillent sans relâche pour l’organisation de ses activités.

À l’époque d’une société du zapping, mettre en avant ce genre de qualités est à mon sens fondamental.
J’espère ne pas vous décevoir mais je ne vais pas égrainer ici chaque étape qu’a traversée votre festival,
Je ne vais pas énumérer ses bonheurs, ses succès, ses échecs, ses espoirs déçus comme ses belles réussites.
Entre changements de noms, évolutions de ses organes de gestion, annulation d’éditions (et pas nécessairement en raison de la crise du Covid), nouveaux lieux et nouvelles formules, la vie de votre festival a été trépidante et j’avoue que parfois entre année de la création en 1958, ce que vous nommez « le premier festival » en 1961, … le 23ème qui se déroule … 21 ans plus tard … le 58ème … soixante après sa création et le … 60ème en 2022 … j’ai du mal à m’y retrouver …mais peu importe car cette année 2022 sera bien l’année de la soixantième édition  … enfin … je pense.

Je parlais il y a quelques minutes des instances et je pensais qu’elles seraient présents (ce qui n’est pas encore le cas) mais je voudrais en profiter pour saluer Andrée Dricot, mieux connue par certains sous le nom de « maman poule » et Malika Ben Brahim, deux anciennes présidentes … j’ai repéré aussi d’anciens membres des comités qui tout au long de ces années l’ont animé.
À ce propos … petite anecdote, je me souviens de cette période où Olivier était trésorier et que, lorsqu’il contrôlait les rentrées en caisse une fois l’édition terminée, tantôt je l’attendais dans la voiture, tantôt je venais l’aider dans son office … jusque très tard … car il y avait parfois un trou dans la caisse … rassurez-vous, un trou minime … entre  75 eurocents environ et 3 euros maximum … mais il (et parfois moi), nous comptions ou recomptions parce qu’on avait tous la volonté de tomber « tip-top » comme on dit… Un soir pourtant,  je suis allé dans ma poche et ai pris ces 75 eurocents qui manquaient … j’avais juste envie de boire un dernier verre, heureux du travail accompli et de rentrer dormir.

A présent, remontons quelques instants aux origines … la presse titrait en 1958 année de création du Festival : « sous un ciel incertain, des sociétés françaises, suisses, wallonnes et flamandes ont animé le festival international folklorique de Jambes » et la deuxième édition de la revue « Jambes-sur-Meuse … Cité moderne, cité d’avenir, cité de joie » (ça ne s’invente pas !!), parlait du « spectacle folklorique international de toute beauté qui eut pour théâtre le stade communal … comble malgré le mauvais temps ! »

Que d’eau de la Meuse a coulé depuis sous le pont de Jambes …
Je ne vais pas passer en revue l’impressionnant et très épais dossier que vous avez rentré en guise de candidature à la faveur qui vous est accordée aujourd’hui et qui traverse 60 ans d’existence , 60 ans d’activités, de projets, 60 ans qui nous rappellent que ce sont des délégations de plus de 100 pays et/ou territoires différents qui s’y sont produits, au fil des années …

Pour terminer cette intervention et pour passer au moment très attendu … depuis deux ans … de la remise officielle … deux clins d’œil.
Le premier à l’Ukraine qui était à l’affiche de la dernière édition en août 2019 … tout un symbole
Le second à Philo, à Francis Remacle, son ancien président, et à l’autre Francisss, celui de la ville, qui cheminait à vos côtés et qui vient de poursuivre tout seul, sur un autre genre de chemin… ils auraient été fiers d’être avec nous ce soir.
C’est pour toutes ces raisons … et des dizaines d’autres que je ne peux citer ici qu’il a plus à sa Majesté Le Roi de vous décerner le titre de société royale et de me charger de vous remettre ce document qui le matérialise et dont je vais vous donner lecture …